NASA : Christina Koch revient sur Terre après le plus long séjour spatial pour une femme

NASA : Christina Koch revient sur Terre après le plus long séjour spatial pour une femme

av_timer07/02/2020 - 15:32 remove_red_eye286 dashboardTech

Cette astronaute a passé 328 jours dans l’espace, plus que n’importe quelle femme avant elle. Elle est revenue jeudi sur Terre, saine et sauve.
Crédits : NASA / Public Domain. 328 jours : c’est le temps qu’a passé l’astronaute Christina Koch dans l’espace, à bord de la Station spatiale internationale (ISS). Ingénieure électricienne de 41 ans, Christina Koch a quitté le sol terrestre le 14 mars 2019 pour sa première mission spatiale. Elle en est revenue, apparemment en parfaite santé, ce jeudi 6 février 2020, en compagnie de deux autres collègues astronautes – Alexander Skvortsov, le commandant russe du vaisseau Soyouz, et Luca Parmitano, de l’Agence spatiale européenne (ESA). Christina Koch rivalise presque avec le Russe Valeri Poliakov qui, dans les années 1990 à bord de la station Mir, avait passé 437 jours consécutifs dans l’espace. There is truly no place like our home: Earth. After 328 days in space, @Astro_Christina has returned. #CongratsChristina pic.twitter.com/tru74ExEkV
googletag.cmd.push(function() { googletag.display('div-gpt-ad-1512772142713-0'); });
— Johnson Space Center (@NASA_Johnson) February 6, 2020
googletag.cmd.push(function() { googletag.display('div-gpt-ad-1512772428584-0'); });
L’astronaute de l’Agence aérospatiale américaine (NASA) établit ainsi un nouveau record féminin dans le domaine de la conquête spatiale. En octobre dernier, elle avait pris part à la première sortie extravéhiculaire 100% féminine aux côtés de Jessica Meir pour une réparation extérieure. Cette dernière demeure toujours à bord de l’ISS. Au cours de son séjour, le plus long dans l’espace pour une femme, Christina Koch a fait 5 248 fois le tour de la Terre, en orbite autour d’elle. Surtout, elle a contribué à de nombreuses études, notamment en tant que volontaire pour tester les effets physiologiques d’un séjour de longue durée dans l’espace sur le corps d’une femme. De plus, elle a aussi participé à une étude sur la résistance des vertèbres. Celle-ci devrait renseigner la NASA sur les mesures préventives à prendre pour limiter les effets néfastes de certaines missions sur la colonne vertébrale des astronautes. Pour rappel, la NASA se prépare à envoyer des astronautes – dont la première femme – sur la Lune en 2024, dans le cadre de la première mission Artémis. Dans la Combi de Thomas... 9782205076394Éditeur: DARGAUDAlbum: 208 pages 22,50 EUR Vérifier le prix /* journaldugeek.com - ART In_text (All devices) */(function(){var o = document.createElement("script");o.setAttribute("src", "//fo-api.omnitagjs.com/fo-api/ot.js?Placement=589afcfe84fd0e8117410b5c9db97c61");o.setAttribute("type", "text/javascript");o.setAttribute("async","true");top.document.body.appendChild(o);})();

Lire l'article